samedi, 13, Aoû

A l’occasion de ce Sweet Spot « Montois », nous voici avec mon vieil ami, Arnaud Carette, ingénieur du son et propriétaire du Bowling Studio.

Afin de planter le décor, Il est vrai qu’entre nous, on peut dire que ça date de la Genèse. On s’est rencontrés au début des années 90, pendant nos études à la S.A.E de Paris. Nous avons pris des chemins différents, toi, travaillant comme Inge son Free-lance et moi au développement de m2m mais on est toujours restés en contact. Tu dois certainement être l’un de nos premiers clients. Je me souviens même que tu avais acheté ton premier pré-amp chez nous, c’était un Summit MPC-100A, qui trône toujours dans ton rack 25 ans plus tard d’ailleurs ! …

Je connais bien sûr ton parcours professionnel mais pas nos lecteurs, peux-tu nous en dire plus :

Alors, … A la sortie de la SAE, je suis rentré comme ingénieur son au studio Galaxy à Mol, qui à l’époque était managé par Luc Van Acker. J’ai eu la chance de travailler sur une des toutes premières Neve Capricorn et j’ai enregistré énormément de musique Classique, principalement pour Philips Nederland et Deutsch Grammophon.

Ensuite, je suis passé au Studio Pyramide à Beersel qui, à l’époque, appartenait à Fréderic François avec qui j’ai évidemment collaboré sur de nombreux albums Studio et Live. Ayant acquis une certaine expérience j’ai pris la décision de me mettre à mon compte et de devenir un « Saltimbanque » (pour moi, le plus beau mot de la langue Française). Oh pardon, je voulais dire Free-lance ! J’ai donc dispensé mon art à travers de nombreux studios tout autour du Monde. (ICP, Dada, Jet studio en Belgique - Guillaume Tell, Marcadet, Studios de la Seine en France - PKO en Espagne ou encore Village Recording et Right Track aux USA,...)

Après avoir trainé, un peu partout, j’ai voulu poser mes valises et faire mon propre studio. Je suis donc revenu aux sources et j’ai transformé la maison de mes parents en studio d’enregistrement et de production.

Mon studio est comme un laboratoire, celui du « Fou du labo 4 » je suis un grand fan des Film français de série B, les nanars, comme on les appelle. 😊.

Non plus sérieusement, j’ai toujours été attiré par le mélange acoustique/électronique, au studio tu peux trouver des percussions africaines que j’ai ramenées de mes nombreux voyages à côté d’une TB303.

J’aime la fusion musicale et je voulais que le studio Bowling soit aussi un métissage de matériel et d’instruments.

De même que parmi les artistes qu’on a produits, enregistrés et mixés, il y a des percussionnistes brésiliens ou africains, des quatuors à cordes, des rockeurs, des rappeurs,…

C’est ça qui me fait vibrer! Et quand ils se rencontrent entre deux sessions et qu’ils font de la musique ensemble, d’un coup, ça devient magique.

D’où vient le nom « Bowling Studio » ?

J’ai choisi le nom « Bowling Studio » car le bâtiment était le premier bowling de la région de Mons - Tout simplement.

Quels sont tes atouts par rapport à d’autres studios ?

Une grande capacité à faire de la post-production, vu la quantité de synthétiseurs et d’instruments divers généralement disponibles sur place.

Une de tes meilleures anecdotes ?!

Il y en a tellement, un de mes meilleurs moments est lorsqu’un client parisien me contacte pour une prise de son de batterie dans un studio privé. J’arrive et le client me dit « écoute, je dois faire une course, prépare tout, le batteur va arriver ». Peu de temps après, je vois enter Robin Dimaggio, le batteur avec qui j’avais toujours voulu travailler. Il a entre autre accompagné dans sa carrière David Bowie, Paul Simon, Diana Ross, Ray Charles, Snoop Dog et bien d’autres. Depuis nous avons travaillé ensemble sur de nombreux projets aux Etats-Unis, en France et en Belgique. Merci Edmundo Carneiro d’avoir réalisé un de mes rêves.

Quelles sont les machines ou plug-ins que tu préfères utiliser et dans quel contexte ?

Au niveau matos, c’est compliqué de choisir une machine plutôt qu’une autre, tout dépend de l’instrument et du style de musique. Je suis un grand fan de matériel analogique comme tu le sais mais cela dit, plugin Alliance m’a vraiment surpris dernièrement, l’émulation des console analogique Neve, SSL, Focusrite, Amek et API est vraiment précise. C’est la première fois que j’arrive à obtenir le son que je souhaite avec un plug-in et c’est très musical.

Quelle sera ton prochain investissement et, que préfères-tu entre du matériel analogique vintage ou moderne ?

Outre mes chinages de machines d’occasion dont plus personne ne veut, mon investissement futur sera un micro à lampe type U47. Ce qui est certain, c’est que je ne veux pas d’une mauvaise imitation bon marché et pas fiable, fabriqué « là-bas » - c’est sans intérêt. Le problème dans le vrai vintage est que bien souvent, l’entretien coute rapidement plus cher que le prix d’achat et ce, lorsqu’on trouve les composants et pièces détachées d’origine. Je croix que je m’orienterais plus vers un micro dit « boutique », d’excellente facture, non pas moins cher mais plus facile à réparer en cas de problème.

Je connais un importateur qui s’appelle m2m, ils sont situés à Fleurus, Je suis sûr qu’ils sauront m’aider… - (de fait, je n’ai pas d’argument contre !)

Quelles sont tes futurs projets ?

L’avenir ?! dites-moi Madame Irma…

J’ai développé au studio une activité cinématographique, avec la collaboration d’amis dans le cinéma (La société chambre noire) avec laquelle nous faisons de l’audio-description, musique à l’image et mixage de film.

Sinon musicalement, je viens de signer trois titres sur la nouvelle compilation des 25 ans du Buddha Bar, je travaille sur un nouvel artiste pour Capitol Music à L.A., ainsi que des artistes plus régionaux (Rimbaut, Xavier Ghislain, Alyssa Luypaert, Shelby Ouattara, ….) Et là c’est tout frais je viens de commencer à travailler un nouveau single pour Oceana, la gagnante de « The Voice ».

Le mot de la fin - Pour rigoler; Blonde ou brune (je parle des bière bien sûr !) ; Blonde 😊

Voilà qui clôture cette petite présentation. Si vous voulez en savoir plus, n’hésitez pas à prendre contact avec Arnaud Carette – Bowling Studio, il ne manquera pas de faire suite à vos questions.

L.VGR

ABOUT US

En 2018, une nouvelle page s'écrit, Music Marker Report est le premier magazine digital en Belgique francophone destiné aux musiciens et aux techniciens du son.
Il sera édité Trimestriellement et en plus, c'est Gratuit !
En 2020, Le site Music-Maker-Report ouvre ses portes afin de vous accueillir et vous offrir une meilleure accessibilité aux actualités