jeudi, 08, Déc

Agop Tomurcuk, le fondateur, est né à Istanbul (Turquie) en 1941. Ayant grandi dans le quartier de Samatya à Istanbul, il a suivi les traces de ses frères aînés, Oksant et Garbis, en commençant à travailler en tant qu’apprenti forgeron de cymbales à l’âge de 9 ans dans la seule usine de cymbales de Turquie. Là, Agop a appris, et plus tard a aidé à affiner chaque aspect du processus de fabrication de cymbales, devenant un maître dans chaque processus et finalement devenant le chef forgeron de cymbales, jusqu’à ce que cette société cesse la production de leurs cymbales en Turquie en 1977. Se sentant «comme un poisson hors de l’eau», après un peu plus d’un an passé à faire divers petits boulots, Agop est devenu déterminé à poursuivre la tradition turque des cymbales faites à la main par lui-même. En se renseignant un peu, il a pu trouver et acheter une grande partie de l’équipement et des outils qu’il utilisait dans son ancienne entreprise.

Il a loué un petit atelier dans le quartier de Bakırköy-Kartaltepe d’Istanbul, et a commencé à expérimenter ainsi qu’à produire quelques cymbales avec l’aide de sa chère épouse, Uskui Tomurcuk. Cependant, les ressources et la main-d’oeuvre limitées ont rendu les choses très difficiles. ‘‘À la fin de la journée, le cousin de mon père l’a ramené à la maison en le portant sur son dos’’, explique Arman Tomurcuk, fils d’Agop et actuel coprésident de la société. Finalement, il a pu mettre en place une petite usine, mais fonctionnelle, et son frère aîné, Oksant, a rejoint l’entreprise en tant que cymballier en chef. Ils ont commencé par vendre des cymbales localement à quelques magasins de musique dans le quartier de Tünel à Istan- Il était une fois ...

‘‘À la fin de la journée, le cousin de mon père l’a ramené à la maison en le portant sur son dos’’, explique Arman Tomurcuk, fils d’Agop et actuel coprésident de la société. 30

L’ami d’Agop Tomurcuk, Mehmet Tamdeğer, a eu vent de cette nouvelle entreprise et a proposé de s’associer. En 1980, ils ont créé Zilciler Kollektif Şti. (en anglais : Cymbal maker Collective), utilisant initialement un logo Zilciler peint au pochoir sur les cymbales. Au cours des deux années suivantes, Zilciler a commencé à se développer et à exporter des cymbales à l’international. Le nom de la marque a rapidement été changé en Istanbul, et en 1982, la société exportait des cymbales vers les États-Unis. Cette même année, les cymbales Istanbul ont fait leurs débuts au NAMM Show aux États-Unis, où le batteur légendaire Mel Lewis a déclaré «They’re Back !» en faisant référence au son de ses chères cymbales turques vintage martelées à la main. Mel est devenu le premier endosseur et la collaboration avec lui a été un grand honneur pour Instabul. En 1984, le fils aîné d’Agop, et désormais co-président de la société, Sarkis Tomurcuk, a officiellement rejoint la société. Il y avait une demande croissante pour les cymbales, et il était même difficile de remplir les commandes. «À l’époque, nous étions 9 ou 10 personnes à travailler dans l’atelier et mon père était très discipliné. Il nous a toujours obligés, Arman et moi, à travailler beaucoup plus que les autres, afin que nous puissions comprendre chaque détail de l’art de la fabrication des cymbales. Le processus de production, à cette époque, était beaucoup plus difficile. Nous avions l’habitude de travailler avec des chauffages au charbon de bois pour faire fondre l’alliage pour le moulage. Après la fusion, je devais porter entre mes jambes un creuset rempli de bronze de 55-60 kg à l’aide d’un dispositif de levage spécial que nous avions fabriqué, puis verser l’alliage fondu dans des casseroles avec beaucoup de précautions pour qu’il n’éclabousse pas. La température à l’intérieur du creuset dépassait souvent les 1 000 °C. Je trempais donc d’abord mon pantalon dans de l’eau froide, afin d’éviter de me brûler. Mon pantalon devenait sec à cause de la chaleur avant même que je commence à verser l’alliage dans les moules. Le tout prenait environ 7 ou 8 secondes et mon pantalon commençait à brûler si je mettais trop de temps. C’est ainsi que nous avons coulé toutes les cymbales à l’époque. Quand j’y pense maintenant, je n’arrive pas à croire que nous ayons réussi à le faire», dit Sarkis.

ABOUT US

En 2018, une nouvelle page s'écrit, Music Marker Report est le premier magazine digital en Belgique francophone destiné aux musiciens et aux techniciens du son.
Il sera édité Trimestriellement et en plus, c'est Gratuit !
En 2020, Le site Music-Maker-Report ouvre ses portes afin de vous accueillir et vous offrir une meilleure accessibilité aux actualités